Coleoptera-Atlas.com

Batocera gerardhoullieri

Les Cahiers Magellanes, NS No37 décembre 2020 — 80 Une nouvelle espèce de Batocera Dejean, 1835 d’Indonésie
(Coleoptera, Cerambycidae, Lamiinae, Batocerini)

Jean-Roch Houllier (1) & Camille Le piouff (2)

(1) 16, rue des Gabriels
F 91240 Saint-Michel-sur-Orge
(2) 2, rue Dupont de l’Eure, F 75020 Paris
___________________
Résumé
Une nouvelle espèce de Batocera Dejean, 1835 d’Indonésie est décrite.
Mots clés
Indonésie, Moluques du Nord (Maluku Utara), Lamiinae, Batocera, nouvelle espèce.
___________________
Introduction:

Batocera, Dejean, 1835 est un genre de la tribu des Batocerini Thomson, 1864 présent majoritairement en Asie et exceptionnellement en Australie et en Afrique. Le genre compte à ce jour un peu plus d’une quarantaine d’espèces (Rigout, 1981, 1982).

Matériel et méthode:

La présente étude est basée sur un unique spécimen mâle provenant de la province des Moluques du Nord (Maluku Utara) située en Indonésie. Nous ne disposons malheureuse- ment pas d’autre spécimen et la localité reste imprécise. Cette province d’Indonésie, for- mée des îles de la moitié septentrionale de l’archipel indonésien des Moluques, est située entre la Nouvelle-Guinée à l’est, les îles de Buru et Céram au sud et Sulawesi à l’ouest. La province comprend entre autres les îles de Halmahera, Sula et Morotai ainsi que les îles d’Obi de Ternate et Tidore.
Les examens morphologiques et les mesures de l’insecte ont été réalisées avec une pré- cision de 0,1 mm et à l’aide d’un pied à coulisse électronique de la marque Powerfix. La longueur du corps a été mesurée depuis l’apex de la tête jusqu’à l’apex de l’abdomen, tan- dis que la largeur du corps a été mesurée au niveau huméral. Les cartes ont été produites par les auteurs à l’aide du Système d’Information Géographique Mapinfo.

Résultats:
Batocera gerardhoullieri n. sp. (Figs. 1-3)

Matériel typique. – Holotype ♂, Indonésie, Moluques du Nord, in coll. Houllier, Saint- Michel-sur-orge.

Description:

Longueur : 78,6 mm; largeur : 24,4 mm. Espèce de grande taille, de cou- leur grenat, mêlant du noir et du rouge, foncé dans sa partie supérieure incluant tête et pronotum ainsi que sur le bord des élytres et au niveau de l’apex et à l’exception du cly- peus de couleur beige et du labre qui est ferrugineux.
Dépourvu de pubescence sur la face supérieure à l’exception du scutellum, de forme tra- pézoïdale qui est recouvert d’une pilosité blanche. Une pubescence blanche est également légèrement visible sur les côtés du thorax et de la tête.
Yeux entourés de soies. Lobe inférieur de l’œil rectangulaire, la distance entre les yeux est de 1,78 mm. Antennes très fortes, mesurant environ deux fois la longueur du corps; elles sont faiblement frangées de poils dressés en dessous. Le scape et les deux antennomères suivants sont fortement rugueux, brillants, armés d’épines longues, fortes, pointues et crochues en dessous. Ces épines, sur les segments suivants, deviennent progressivement plus petites, plus droites et plus couchées.
Pronotum dépourvu de tache pronotale, un peu plus large dans sa partie postérieure, latéralement armé d’une large épine très pointue et conique.
Elytres convexes, légèrement cunéiformes; on distingue, tout particulièrement dans la partie supérieure, deux lignes longitudinales sur chaque élytre. L’angle huméral porte une épine assez forte et pointue; la partie supérieure des élytres est couverte de petits tubercules glabres et clairse- més, beaucoup plus grands au niveau des épaules. L’apex des élytres est tronqué, fortement sinueux, l’angle sutural porte une forte épine et l’angle marginal est nettement anguleux.
Face inférieure de l’insecte, au centre du bord postérieur des segments abdominaux gla- bre et brillant, souvent couvert d’une frange de longue pubescence. Pattes antérieures allon- gées, le fémur antérieur est fortement rugueux, avec de nombreuses petites dents fines en dessous. Le tibia antérieur est rugueux au-dessus, fortement denté en dessous; les pattes médianes et postérieures sont recouvertes de soies surtout sur leur partie supérieure.

Diagnostic différentiel:

De par son absence de pubescence et sa couleur grenat, foncée dans sa partie supérieure, l’insecte évoque une apparente ressemblance avec Batocera bruyni, Lansborough, 1880, voire avec Batocera enganensis, Gahan, 1907. Dans le cas de bruyni, la présence de tache pronotales orangées permet une distinction aisée. Concernant enganensis, outre une localisation géographique fortement différenciée (l’île d’Engano se situe au sud de l’île de Sumatra), la distinction s’opère au niveau d’une morphologie géné- rale de la nouvelle espèce, très trapue et fortement marquée en particulier au niveau des antennes, très fortes, des épines humérale et suturale, tandis que Batocera enganensis est beaucoup plus « svelte » et de taille très inférieure. Sur un plan morphologique général, nos observations tendent à rapprocher ce nouvel insecte de Batocera hercules, Boisduval, 1835 localisé entre autres dans l’île des Célèbes, à 200 kilomètres à l’ouest des Moluques, au sud sur l’île d’Ambon, dans les Moluques, et plus au nord aux Philippines. La nouvelle espèce se différencie de ce dernier par son aspect glabre (à l’exception du scutellum) tandis qu’hercules est lui entièrement recouvert de pubescence blanche et de couleur noire sous cette même pubescence.

Collection: Jean-Roch Houllier